fbpx

Criminaliser le déni de l’Holocauste

Mai 3, 2022 | CIJA Publications, Press Releases

Criminaliser le déni de l’Holocauste : Un nouvel outil majeur dans la lutte contre l’antisémitisme au Canada

Ottawa, ON – 3 mai 2022 – Dans le cadre du projet de loi C-19, la Loi d’exécution du budget, le gouvernement fédéral a pris position contre l’antisémitisme au Canada en criminalisant le déni de l’Holocauste. Il s’agit d’un développement important pour les Canadiens, y compris pour la communauté juive qui, sous l’impulsion du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA), plaide depuis longtemps en faveur de cette modification au code criminel. L’appui de tous les partis à la criminalisation du déni de l’Holocauste démontre que tous les partis comprennent que l’antisémitisme est une menace insidieuse et qu’il faut davantage d’outils pour le combattre.

Les crimes haineux antisémites, l’utilisation de symboles de haine et les incidents de négation et de déformation de l’Holocauste sont en hausse au Canada. Faire du déni de l’Holocauste une infraction criminelle sensibilisera le public à ces dangers et fournira les outils juridiques nécessaires pour poursuivre ceux qui colportent cette forme pernicieuse d’antisémitisme.

« La négation de l’Holocauste est un prédicteur fiable de la radicalisation et une indication que l’antisémitisme est en hausse », a déclaré Gail Adelson-Marcovitz, présidente du conseil d’administration national du CIJA.

« La montée de l’antisémitisme devrait préoccuper tous les Canadiens, car nous savons que ce qui commence avec les Juifs ne se termine jamais avec les Juifs. Lorsqu’on laisse l’antisémitisme prospérer, il déchire le tissu social au détriment de tous les citoyens. »

Plusieurs pays en Europe, dont la France et l’Allemagne, ont adopté des lois sur la négation de l’Holocauste ou ont interdit des éléments associés au nazisme, comme l’exposition de symboles nazis. Ces lois ont pour but de ralentir la propagation de l’antisémitisme et de réduire la violence contre les communautés juives. Bien que le Canada demeure l’un des meilleurs pays au monde pour être juif, les Juifs canadiens ne sont pas à l’abri de cette menace.

Proposée à l’origine par le député Kevin Waugh dans le projet de loi C-250, la criminalisation du déni de l’Holocauste sera un outil important pour lutter contre l’antisémitisme.

« Nous sommes reconnaissants au député Waugh pour son leadership dans ce dossier. Sa détermination à mettre cette question à l’ordre du jour a stimulé l’action et a conduit à l’inclusion du projet de loi directement dans le budget. Nous remercions tous les députés qui se sont prononcés sur ce projet de loi et qui, grâce à la collaboration de tous les partis, ont fait de la criminalisation du déni de l’Holocauste une réalité  » , a déclaré Mme Adelson-Marcovitz.

« Bien que la criminalisation du déni de l’Holocauste au Canada soit un outil nouveau et efficace pour combattre cette forme dangereuse de haine, ce n’est qu’une étape dans la lutte contre l’antisémitisme », a ajouté Richard Marceau, vice-président aux relations externes et avocat-conseil du CIJA. « L’éducation est essentielle pour combattre la haine et l’antisémitisme. Les gouvernements à tous les niveaux doivent également se concentrer sur l’éducation, la mémoire et la recherche sur l’Holocauste pour endiguer la vague de désinformation et de haine manifeste qui menace la communauté juive et d’autres minorités vulnérables. »

Le CIJA préconise les stratégies supplémentaires suivantes pour combattre l’antisémitisme :

  1. Créer une stratégie efficace de lutte contre la haine en ligne qui établirait un régime réglementaire indépendant et obligerait les entreprises de médias sociaux à être les premiers répondants à la haine sur leurs plateformes.
  2. Soutenir la création d’un réseau de sécurité communautaire, basé sur le modèle britannique, pour compléter le programme d’infrastructure de sécurité existant.
  3. Établir une subvention pour la sécurité destinée aux institutions communautaires afin de compenser une partie des coûts financiers encourus par les communautés à risque.
  4. Améliorer la formation des juges, des procureurs et des forces de l’ordre en matière de crimes haineux afin qu’ils puissent les reconnaître et les traiter efficacement.
  5. Augmenter les ressources pour sensibiliser les Canadiens à l’Holocauste et à l’antisémitisme.

Pour 2020 (les dernières données disponibles), Statistique Canada a constaté que les crimes haineux contre les Juifs déclarés par la police représentaient le plus grand nombre de crimes haineux à caractère religieux au Canada (62 %) ; il y a eu 321 incidents, soit une augmentation de 5 %, ce qui signifie qu’en moyenne, un crime haineux antisémite a été signalé au Canada presque chaque jour. À titre de comparaison, les Juifs ne représentent qu’un pour cent de la population canadienne.

-30-

Informations supplémentaires :

À propos du Centre consultatif des relations juives et israéliennes
Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) est l’agence de représentation des Fédérations juives du Canada. Le CIJA est une organisation nationale non partisane et sans but lucratif qui a pour mission de préserver, de protéger et de promouvoir la vie juive au Canada en défendant à l’échelle nationale les intérêts de la communauté juive canadienne en matière de politiques publiques.

Pour toute demande d’entrevue ou pour de plus amples informations, les médias peuvent contacter :

Nicole Amiel
Directrice, Relations avec les médias et communications
[email protected]

 

 

 

Stay in the know!

Get all the latest information from our Newsletter CIJA: Week in Review

Member of the media looking for a statement, an expert opinion, or an interview?