fbpx

A model for Quebec | Un modèle pour le Québec

Oct 5, 2011 | Media

Richard Marceau, General Counsel and Senior Government Advisor to the Centre for Israel and Jewish Affairs, was featured in La Presse earlier this week – which published an excerpt from his upcoming book. The French version of the book, which traces Richard’s journey as a pure laine Quebecer into the spiritual world of Judaism and the political world of pro-Israel advocacy, can be purchased from this publisher . An English edition will be forthcoming.

Few have faced as much adversities in their history as the Jewish people.
By:Richard Marceau
The author is a former MP for the Bloc Québécois at the House of Commnons (1997 – 2006). This text is an extract of his recent book – Juif, une histoire québécoise (Jew, a Quebec story) published by the Éditions du Marais. The author is currently working on an English adaptation of the book.
…………….
Logically, Israel should be a first choice economic partner, even a role model for Quebec. Instead, nowadays, many in Quebec and all over the world are demanding that we boycott all products from Israel along with the enterprises supporting this country. Israel is tagged the same way South Africa was once for its apartheid policy.
However, Israel is a democracy and a state in favour of the rule of law, like Quebec, contrary to all other Middle-East states which, at best, are authoritarian.
As is Quebec, Israel is a model of equal rights for homosexuals and women, and a social democratic state which focuses on high tech and the knowledge economy. These are people, so few of them, fighting for their language and culture through adversities and to build a country of their own.
I have to admit I did not clearly understand why a majority of Quebecers, especially among the separatist ones, reflexively identified themselves with the Palestinians instead of the Israelis.
Is it because Quebecers see themselves as victims, like a weak nation, and identify themselves with the Palestinians because they too do not have a country of their own?
When I visited Israel, I could not clearly understand the reasoning of such prejudice against this country. I liked what I was seeing, what I was reading, what I knew and was discovering about Israel. I found totally unjust the  treatment inflicted at this little and courageous country which resembles Quebec in many aspects. I remembered the dismay and feeling of injustice when Quebec was targeted through gross stereotypes and peremptory judgements out of touch with reality.
Until very recently, I was asked to be an advocate of Quebec and its sovereignty project in Canada, France, and in the world. I decided instead to strengthen the understanding of Israel here in Canada. I wanted this small, misunderstood country I loved to continue to exist. In other words, I became a Zionist.
This is a very loaded word feared by many people. It is even used as an insult by Israel's enemies and anti-Semites. However, when I use this word, I am expressing a very simple concept, one that wants the Jewish people to have the right to self-determination and their own country. It is as simple as that.
One of the difficulties I was confronted with were my colleagues' (other Bloc Québécois MPs) viewpoints. As a federal party, we had to regularly deal with Israeli-Palestinian issues. In 2000, the Bloc's stand on Foreign Affairs issues was led by Francine Lalonde and Gilles Duceppe, the latter strongly and seriously involved in international affairs policies. As a  sovereignist, his ultimate goal was to establish the basis of an eventual foreign policy for Quebec.
Consequently, I had to battle very often with my colleagues from the caucus as they represent the Quebec majority and, by extension, a great number of pro-Palestinians. However, I have to admit that most of them offered sensitive and thoughtful perspectives on the subject. And Gilles Duceppe showed leadership and rigour for the party by defending a well-balanced position for many years on this particular issue.
However, I made sure to bring forward numerous facts ignored by the Canadian and Quebec media, to shed some new light on what was really happening in the Middle East. First of all, I had to battle against the false and widespread myth that the Jews had stolen a land which belonged to the Palestinians.
One thing is certain, few groups have met with so much adversity throughout their history as have the Jews. Today, Israelis live under the constant threat of rockets and other attacks, and under the shadow of regional powers with the objective to annihilate all Jews and the Jewish state.
But, such resilience! Such will to live a normal life in spite of it all! When I returned to Israel on my second trip,  despite the continuous rocket attacks, the many Israelis I met in the streets, in restaurants, and in stores all thanked us to be there – even offering us rebates on merchandise and inviting us into their homes.
Not only do they want to share their pain, their fear, and their hopes with us, but also demonstrate their desire to keep on living. To grow. To build. On this land which is theirs.
I returned even more impressed by this tenacious and intelligent people. A people determined to counter-balance, within their modest means, a vague or sometimes completely anti-Israel view of the conflict.
I became, through admiration and sympathy for the Israelis, an active Zionist.

I wanted to become a Jew.
My conversion to Judaism, although following a long, serious, rigorous, and complex process, is not an endpoint but rather a beginning. Toward what, I do not know exactly.
I still cannot fully explain why I, an old-stock Quebecer, born and raised in a very Catholic family who later became agnostic (if not cynical) went back to G-d not as a Christian but as a Jew.
On my third trip to Israel, in September of 2003, I had the feeling something was going to happen, but I still did not know what.
I "connected" with Israel like never before. I felt at ease like never before. I had the sentiment I was going back "home". Like this place belonged to me and I belonged here.
After a very special Shabbat, I experienced the very moving ceremony of Havdalah. The prayers, although in Hebrew, touched me deeply. The melodies inspired me. The centennial rites raised deep and dormant feelings within me. Feelings I thought had vanished.
The fact that this ceremony was held in Jerusalem, outdoors with a grandiose view of the walls of the Old City, could only add to the extreme power I felt (…)
I wanted to become a Jew, adopt this tradition which blends distinctiveness and universalism, a philosophy which gave the world the concept of one G-d, an ancient religion that gave birth to Christianity and Islam, an approach which emphasizes the importance of family, mutual assistance, and intellectual questioning.
After having spent numerous years in total indifference to religion, shifting between being a curious agnostic to an active atheist, I was ready to reconcile with G-d. I needed some meaning. And I found it in Judaism.
My rediscovery of religion happened at a much deeper level than when I was a child, an adolescent, and a young adult during my Catholic school years.
The idea to base my beliefs, even my life, on the Torah was appealing.
The insistence Judaism puts on this sacred text, its interpretation, and the discussion between man and G-d through its study responded to my need for spirituality and intellectual debate.
Moreover, I was attracted by the concrete side of Judaism. Some religions offer ways to escape from sufferings and limitations of the physical existence. Others offer hope of a better life after death.
Judaism focuses on life, here and now. On the importance to live a moral life according to the rules established to help achieving it. Judaism did not ask me to simply believe. It was asking me to question the texts, to argue with them and with those who explain and teach them to me.
And doubt, even the existence of G-d himself, is not only accepted, it is even encouraged.

Published in French in La Presse – Saturday, October 1st 2011.

Richard Marceau, avocat-conseil et conseiller politique principal au Centre consultatif des relations juives et israéliennes, a vu des extraits de son livre Juif, Une histoire québécoise publiés dans La Presse de samedi le 30 septembre dernier. À la croisée du témoignage et de l’essai, ce livre se veut une introduction engagée et personnelle au monde du judaïsme, des Juifs et de l’État d’Israël. Le livre peut être acheté auprès des Éditions du Marais

Richard Marceau
L'auteur a été député du Bloc québécois à la Chambre des communes de 1997 à 2006. Ce texte est extrait de son livre Juif – Une histoire québécoise, publié aux Éditions du Marais, qui sera en librairie la semaine prochaine.
Peu de peuples ont fait face à autant d'adversité dans leur histoire que les Juifs.
Israël devrait logiquement être un partenaire économique de choix, voire un modèle pour le Québec. Au lieu de ça, aujourd'hui, nous avons droit de la part de plusieurs voix au Québec, comme ailleurs dans le monde, à un appel au boycottage des produits israéliens et des entreprises qui supportent Israël. Israël est montré du doigt comme autrefois l'Afrique du Sud de l'apartheid!
Pourtant, Israël est une démocratie et un État de droit, comme le Québec et à la différence de tous les autres États du Moyen-Orient, lesquels sont au mieux autoritaires.
Comme le Québec, Israël est un modèle d'égalité des droits des homosexuels, des femmes, un État social démocrate, qui mise sur la haute technologie et l'économie du savoir. Voilà un peuple peu nombreux qui se bat pour sa langue, comme le Québec, un peuple qui a affronté l'adversité pour se construire un pays, un pays bien à lui.
J'avoue que je ne comprends pas bien pourquoi une majorité de Québécois, et plus encore parmi les souverainistes, ont le réflexe de s'identifier aux Palestiniens plutôt qu'aux Israéliens.
Est-ce que ces Québécois se voient comme des victimes, comme un peuple faible et s'identifient ainsi aux Palestiniens parce qu'ils sont eux aussi sans État ?
[Lors de mes visites dans ce pays], je n'arrivais pas à comprendre clairement les raisons de ce parti pris de l'opinion québécoise contre Israël. Mais moi, j'aimais ce que je voyais, ce que je lisais, ce que je savais et découvrais d'Israël. Je trouvais injuste le traitement qui était infligé à ce petit pays courageux, qui ressemblait au Québec par tant d'aspects. Je me souvenais du désarroi et du sentiment d'injustice que je ressentais quand on s'attaquait au Québec à partir de stéréotypes grossiers et de jugements péremptoires divorcés de la réalité.
Jusqu'à tout récemment, j'avais été amené par les circonstances à me faire le porte-parole du Québec et du projet souverainiste au Canada, en France et dans le monde. Je décidai de mieux faire comprendre Israël ici. Je voulais que ce petit pays incompris que j'aimais continue d'exister. En d'autres mots, je suis devenu sioniste.
Voilà un mot chargé qui fait peur à bien du monde. Il est même utilisé comme une insulte par les ennemis d'Israël et par les antisémites. Pourtant, quand j'emploie ce mot, j'exprime une idée toute simple, celle voulant que le peuple juif ait droit à l'autodétermination et à son propre pays. Dit plus carrément : Israël a le droit d'exister. Tout simplement.
Une des difficultés que je devais affronter, c'était l'opinion de mes propres collègues députés du Bloc québécois.
Oeuvrant sur la scène fédérale, le Bloc était en effet amené à se prononcer régulièrement sur la question israélo-palestinienne. En 2000, les positions du Bloc en Affaires étrangères étaient surtout le fait de Francine Lalonde et de Gilles Duceppe lui-même, qui a toujours pris très au sérieux les questions internationales et diplomatiques. Pour lui, comme souverainiste, il s'agissait ni plus ni moins que de poser les jalons d'une éventuelle politique étrangère québécoise.
J'eus donc à ferrailler à maintes reprises avec mes collègues du caucus, eux qui sont très représentatifs de la majorité québécoise et conséquemment, pour une bonne part d'entre eux, pro-Palestiniens. Je dois dire que la grande majorité d'entre eux tenaient des propos sensés et réfléchis et le chef donnait à cet égard un exemple de rigueur et de leadership qui a permis au Bloc québécois de défendre une position relativement équilibrée sur cette question pendant de nombreuses années.
Je me faisais cependant un devoir d'amener des faits absents des médias québécois et canadiens et d'amener un éclairage nouveau sur la situation au Proche-Orient. Il me fallait d'abord et avant tout combattre l'idée fausse et trop largement répandue voulant que les Juifs aient volé leur terre et leur pays aux Palestiniens.
Une chose est certaine, peu de peuples ont fait face à autant d'adversité dans leur histoire que les Juifs. Encore aujourd'hui, les Israéliens doivent vivre avec la menace constante de roquettes, d'attentats et de puissances régionales dont l'objectif avoué est d'annihiler l'État juif.
Mais quelle résilience ! Quelle volonté de vivre malgré tout le plus normalement possible! Lors de mon second séjour, alors que les attentats se multiplient, les nombreux Israéliens que je rencontre dans la rue, au restaurant, dans les magasins nous remercient de notre présence, nous offrent des rabais, nous invitent à la maison.
Ils veulent ainsi non seulement partager leur douleur, leurs craintes et leurs espoirs, mais aussi nous démontrer qu'ils veulent continuer à vivre. À grandir. À construire. Sur cette terre qui est la leur.
J'en suis revenu encore plus impressionné par ce peuple tenace et intelligent. Et déterminé à faire le contrepoids, dans la mesure de mes modestes moyens, à une vision vaguement – et quelques fois clairement – antiisraélienne du conflit.
J'étais devenu, par admiration et par sympathie pour le peuple israélien, un sioniste actif.

Je voulais devenir Juif
Ma conversion au judaïsme, bien que couronnant un processus long, sérieux, complexe et rigoureux, n'est pas un aboutissement, mais un départ, un départ vers je ne sais quoi exactement.
Je ne sais pas encore expliquer complètement pourquoi moi, un Québécois de souche, né et élevé dans une famille catholique pratiquante, devenu plus tard agnostique, voire cynique, suis retourné vers Dieu, non pas en tant que chrétien, mais en tant que Juif.
Lors de mon troisième séjour en Israël, en septembre 2003, je sens que quelque chose se passera, mais je ne sais pas encore quoi.
Je «connecte» avec Israël comme jamais. Je me sens à l'aise comme jamais. J'ai l'impression de retourner, en quelque sorte, à la maison. Comme si cet endroit m'appartenait et comme si j'appartenais à cet endroit.
Après un shabbat particulièrement spécial, je vécus une cérémonie de havdallah exceptionnellement émouvante.
Les prières – pourtant en hébreu – me touchent. Les mélodies m'émeuvent. Les rituels centenaires viennent chercher quelque chose de très profond en moi, quelque chose qui dormait. Que je croyais mort.
Le fait que cette cérémonie ait lieu à Jérusalem, à l'extérieur, avec une vue magnifique sur les murailles de la Vieille Ville, ne peut qu'ajouter à la puissance de ce que je ressens. (…)
Je voulais devenir juif, adopter cette tradition mêlant particularisme et universalisme, cette pensée qui a donné au monde l'idée du Dieu unique, cette vieille religion qui a donné naissance au christianisme et à l'islam, cette philosophie qui m'attirait par l'emphase qu'elle place sur l'importance de la famille, de l'entraide, du questionnement et de l'intelligence.
Après avoir passé de nombreuses années dans l'indifférence religieuse, passant d'un agnosticisme curieux à un athéisme militant, j'étais prêt à me réconcilier avec Dieu. J'avais besoin de spiritualité. J'avais besoin de sens. Et je trouvais cela dans le judaïsme.
Ma redécouverte de la religion se fit à un niveau beaucoup plus profond que mes années d'études catholiques quand j'étais enfant, adolescent et jeune adulte.
L'idée de baser mes croyances, voire ma vie, sur la Torah m'attirait.
L'insistance que met le judaïsme sur ce texte sacré, son interprétation, sur la discussion entre l'Homme et Dieu à travers l'étude de ce texte, répondait à mon besoin de spiritualité et de débat intellectuel.
De plus, j'étais attiré par le côté concret du judaïsme.
Certaines religions offrent des méthodes pour échapper aux souffrances et aux limitations de l'existence physique. D'autres religions offrent l'espoir d'une vie meilleure après la mort.
Le judaïsme met plutôt l'accent sur cette vie, ici, maintenant. Sur l'importance de vivre une vie morale, selon des règles édifiées pour aider à le faire.
Le judaïsme ne me demandait pas simplement de croire. Il me demandait de questionner les textes, d'argumenter avec ceux-ci (de même qu'avec ceux et celles qui me les expliquent et enseignent).
Et le doute – y compris sur l'existence même de Dieu – est non seulement accepté, mais même encouragé.

Stay in the know!

Get all the latest information from our Newsletter CIJA: Week in Review